Vous êtes ici

25 ans de musique à Tarnos

Cela fait 21 ans que notre école municipale est installée au Centre municipal Albert Castets, et 22 ans qu’elle existe. Elle en a fait du chemin, depuis que Pierrette Fontenas et Pierre Graciet ont imaginé introduire la musique à Tarnos. Il en fallait de l’audace, de la volonté et de la passion pour faire naître ce projet. C’est parce qu’ils ont été toute une équipe à se mobiliser bénévolement sans compter leur temps que cette école pas comme les autres a pu grandir et s’épanouir.

Arnaud Labastie et toute son équipe ont aujourd’hui pris le relais, avec le même engagement et la même passion du partage et de la transmission. Pour sûr, avec tout le soutien de la ville, l’école municipale de musique de Tarnos a encore de beaux jours devant elle !

Concert pour la fête de l'école de musique, 2004.
Concert pour la fête de l'école de musique, 2004.

à partir du Discours de Jean-Marc Lespade, Maire de Tarnos, prononcé le 24 juin 2012 à l'occasion des 20 ans de l'école municipale de musique

Il y a 25 ans : une nouvelle ambition pour Tarnos

La ville de Tarnos s'est beaucoup développée ces dernières décennies. En fait c'est très simple : en nombre d'habitants, la ville a doublé depuis les années 70. L'intégration des nouveaux venus s'est faite progressivement. Les infrastructures municipales ont été adaptées et anticipées, au point qu’elles paraissent aujourd’hui comme "allant de soi" aux Tarnosiens.
Néanmoins, il y a 25 ans, qui aurait pu imaginer qu'une école municipale de musique verrait le jour dans cette ville de 9000 habitants ?

Les maires Tarnosiens d'après-guerre, et notamment André Maye et Pierrette Fontenas, s'étaient employés à développer dans la ville un réseau d'écoles de qualité, avant de donner à Tarnos les infrastrucutres sportives qu’elle méritait.
Ce but atteint, Pierrette Fontenas et son 1er adjoint, Robert Lasplacettes, ont alors eu l'ambition d'apporter à Tarnos une nouvelle dimension : celle de la Culture. C'est vers Pierre Graciet, Adjoint au Maire, qu'ils se sont alors tournés. Celui-ci avait découvert la musique grâce à sa musicienne de femme. Alors que ses enfants apprenaient la musique à Bayonne, il s'est rendu compte, selon ses propres mots, de "l'étendu des dégâts de ce qui lui manquait".

Créer une école de musique pour... ceux qui ne s'y intéressent pas (encore)

Comment se faisait-il, se demandait-il, que dans une ville aux politiques sociales et éducatives affirmées comme Tarnos, les "gosses" n'aient pas au moins l'accès à l'apprentissage de la musique ? Il y avait bien sûr de jeunes Tarnosiens qui franchissaient l'Adour pour aller frotter, pincer ou frapper quelques cordes, souffler dans quelques cuivres, asticoter quelques bois, mais ils étaient loin d’être nombreux.
Plusieurs solutions s'offraient aux élus tarnosiens pour développer la pratique musicale dans la ville. Un rapprochement avec le conservatoire de Bayonne ou encore avec la toute jeune école départementale de musique des Landes était tout à fait possible. Mais l'idée était bien de créer sur place une structure qui attirerait l'attention et donnerait l'envie et le courage aux curieux de se lancer dans un apprentissage dont ils n'avaient jamais ne serait-ce qu'imaginé qu'il puisse être pour eux ou pour leurs enfants.

Une naissance de briques et de blocs

Pierre Graciet a alors la bonne idée de contacter le directeur de l'école de musique d'Orthez, qui a déjà été à l'origine de la mise en place de plusieurs écoles de musique dans les Landes et les Pyrénées-Atlantiques. Il s'agit d'André Lassus.
Nous sommes au printemps 1991, et c'est à la fin d'un concert que Pierre Graciet interpèle André Lassus : une petite révolution va naître à Tarnos. En une semaine, André Lassus monte tout un projet d'école. Pour l'équipe municipale, il faut faire vite si la rentrée doit avoir lieu en septembre.

Le budget municipal a déjà été voté et ne prévoit pas d'école de musique ? On grappille ici et là pour réunir les 200.000 francs nécessaires au lancement jusqu'au prochain budget.

Il n'y a pas de locaux ? L'école Jean Mouchet, dont Pierre Graciet est alors directeur, fera l'affaire pour commencer.

Il n'y a pas de personnel ? On se débrouille. André Lassus fait office de directeur officieux, Colette CHEIQUIRIN, qui vient de prendre sa retraite d'institutrice à l'école Barbusse, prend bénévolement en charge tout le secrétariat, des professeurs de musique de Bayonne acceptent tout de suite de venir donner des cours à Tarnos et des CMR exerçant sur la commune de devenir professeur de solfège.

Des pressions extérieures

Et évidemment, comme à chaque fois que l'on se lance dans quelque chose d'audacieux, les critiques pleuvent, surtout de l'extérieur de la ville d'où de fortes pressions sont exercées :
« les Tarnosiens sont irresponsables », « c'est un caprice qui va ruiner la ville », « une tentative de saborder l'école départementale des Landes », « ça ne va intéresser personne », « n'y aurait-il pas d'autres priorités », etc. etc.

Et comme toujours, ce sont les Tarnosiens eux-mêmes qui vont répondre en s'emparant du projet.

  • 96 petits Tarnosiens s'inscrivent la 1ère année,
  • 160 la 2ème
  • il y a plus de 200 inscrits en 1994
  • plus de 300 en en 1998
  • 450 aujourd'hui

L'investissement des parents d'élèves

Le succès de cette école extraordinaire, il est en grande partie dû aux parents des élèves. On peut même en dire qu'ils ont été des pionniers.
Il fallait les voir, ces assemblées générales dans une salle Maurice Thorez pleine à craquer ! Il est vrai qu'il peut être parfois difficile aujourd'hui de mesurer comme cette école a été ressentie par ces parents qui n'avaient jamais eu l'opportunité d'apprendre la musique comme une chance pour leurs enfants, un cadeau précieux qu'il fallait absolument protéger et faire vivre.

Ils se sont littéralement démenés, et il n'est pas rare de les croiser encore dans une des manifestations organisées par l'école de musique, les yeux brillants de bons souvenirs et
d'anecdotes.

Tout le monde s'est impliqué dans le lancement et la réussite de cette école. Même les communaux s'y sont mis, s'investissant à fond dans la mise en état - en tout juste 3 mois - des bâtiments de l'ancien lycée professionnel.
Un coup de chance avait fait coïncider la construction de nouveaux locaux pour cet établissement avec la mise en place de notre école de musique. Cela fait donc 20 ans que l'école s'est établie au centre Municipal Albert Castets.

La ville devient mélomane

Dans cette ville où il n'y avait même pas de banda ou de fanfare, un groupe de jazz professionnel est formé pour animer les cérémonies et manifestations de la ville.
Mais très vite, au bout de deux ans, les élèves eux-mêmes sont en mesure de se former des ensembles musicaux dont la renommée va très vite dépasser les murs de la ville.
A l'initiative d'André Lassus, une première mini-saison de concerts est organisée, auxquels les élèves sont associés. Sur le modèle de Mimizan, une Mission d'Action Culturelle est créée, enrichissant d'autant plus le calendrier culturel tarnosien. De fil en aiguilles, l'ensemble de la population se découvre des affinités avec des styles musicaux qu'elle pensait ne pas connaitre, et plus les initiatives sont nombreuses, plus les Tarnosiens en redemandent.

D'Anglet, d'Ondres, de Boucau, de Saint-Martin de Seignanx, de Saint-Pierre d'Irube, des élèves se sont présentés de tout le bassin de vie, si bien qu'il a fallu solliciter les autres communes afin qu'elles participent au financement de cette école au rapport qualité/prix imbattable.

Un rapport à la vie

C'est parce qu'elles ont accepté de contribuer à différentes hauteurs que les dates et les prix d'inscriptions ne sont pas les mêmes selon les communes d'où vous venez.
Aujourd'hui, une année scolaire coûte 1300€ par enfant pour la municipalité. La volonté étant de rendre la culture et la musique accessibles à tous, le choix a été clairement fait de
prendre ces scolarisations en charge. En effet, les petits Tarnosiens ne paient que le prix symbolique de 90€ par an.
Pour la municipalité, l'éducation musicale devrait faire partie intégrante de l'éducation de tout un chacun, au même titre que la philosophie, l'Histoire ou les mathématiques. La formation musicale, loin des clichés, n'est pas un loisir inutile réservé aux riches ou aux intellectuels.
Cela va bien au-delà. Ce qu'on y apprend, c'est le rapport aux autres, à soi, et d'une certaine manière, un certain rapport à la vie.
Celui qui ne sait pas partager ne peut pas faire de musique. Il peut produire un son, être bon techniquement. Mais il ne sait pas faire de la musique.
Celui qui ne connait qu'une note peut aller chercher au fond du vécu de chaque membre de son auditoire la larme qui le soulagera.
La musique, finalement, c'est des heures, des mois, des années de travail, pour au bout découvrir ce que la vie recèle d'essentiel.

Alors on ne s'étonne pas si - et toute les études le prouvent - lorsque l'on accepte de s'ouvrir au monde de la musique, les langues, les mathématiques, le français, et de nombreuses autres matières nous paraissent un peu moins compliquées.
On sait également un peu mieux affronter certaines difficultés de la vie. Voilà pourquoi réserver la musique à quelques-uns relèverait d'une injustice supplémentaire.

L'école aujourd'hui

Aujourd'hui, l'école de musique de Tarnos accueille 450 élèves. Nombreux sont ses élèves - et anciens élèves – qui enrichissent les multiples formations musicales de notre bassin de vie.

D'ailleurs, à elle-seule, et en plus de ses divers ensembles de musiques de chambre, l'école de musique de Tarnos comprend :

  • 3 orchestres d'harmonie (cadet, juniors et adulte),
  • un orchestre à cordes
  • un big band.

Chaque année, ce sont également 5 à 6 jeunes qui poursuivent leur formation au Conservatoire de Bayonne et une trentaine d'anciens élèves ont fait de la musique leur métier.

Arnaud Labastie, notre professeur de piano, a succédé avec brio à André LASSUS, enrichissant à son tour cette école et, au-delà, notre ville, de son regard et de son enthousiasme contagieux. Bravo Maestro !

Témoignages

A partir du guide sur L'histoire de l'école de musique de Tarnos, par Nathalie Baudry, 2013

1. 1991

  • « Une activité aussi fédératrice que le sport ? La musique ! La musique bien-sûr ! » Pierre Graciet. 1991, une année que certains n'oublieront pas. A cette époque la ville avait surtout développé la culture du sport avec de nombreuses associations et beaucoup d'événements sur ce thème. Mais il manquait quelque chose. Une nouvelle dimension culturelle qui permettrait à Tarnos de s'épanouir et de prendre de l'ampleur par rapport à la géante Bayonne. C'était la volonté de Pierrette Fontenas, maire, et Pierre Graciet, adjoint au maire en charge des écoles et de la culture, de créer une nouvelle pratique culturelle unificatrice. L'idée de construire une école de musique tarnosienne, et surtout municipale, s'est imposée tout naturellement. Les enfants et les adultes avaient déjà bien sûr la possibilité d'apprendre la musique, mais pas à proximité (Bayonne ou associations Landaises). Cela ne facilitait pas la qualité de vie des résidents de Tarnos. Alors pourquoi pas une école municipale de musique à même la ville ?
  • André Lassus, porteur du projet. C'est avec l'aide d'André Lassus, à l'époque professeur de musique à Orthez, que le projet a pu voir le jour. Les besoins n'étaient pas moindre : recrutement des professeurs, choix des instruments et des locaux, estimation du budget des cours dispensés... Il faudra alors 200 000 francs nécessaires à la création de l'école. Aussitôt le projet écrit aussitôt mis en place ! Dès la rentrée de 1991/1992 l'école est là ! Il manquait juste les locaux… En poussant les meubles de quelques salles de classe, les professeurs de musique ont eu la possiblité d'accueillir pour la première année plus de 90 élèves ! Par la suite, les cours ont eu lieu au Centre Municipal Albert Castets.

2. « la musique, c'est le plaisir, le plaisir, toujours le plaisir », André Lassus

  • Au-delà de la musique

Déjà un an et l'école accueille près de 160 éléves pour apprendre le solfège, le piano, la trompette, la flûte, les percussions et tant d'autres instruments. C'est aussi à ce moment là qu'arrive Monique Daudou, figure emblématique, elle aussi, de cette école, qui n'était autre que la secrétaire ! Souvent prise pour la directrice, c'est vers elle que les éléves à la recherche de soutient se tournaient.
L'école se développe : examens, concert locaux, nationaux et internationaux commence à être de plus en plus nombreux. Les jeunes s'épanouissent et leurs ambitions grandissent en même temps que l'école. Certains des élèves deviendront de vrais mordus, d'autres des professionnels, d'autres enseigneront à leur tour la musique.
Car au-delà de donner aux enfants la possibilité d'apprendre à jouer d'un instrument, l'école vise aussi à leur faire entendre ce qu'est l'esprit d'équipe, le partage et la détermination.

  • Aujourd'hui

Elle compte à présent pas moins de 450 élèves et 25 professeurs. Soutenue par la municipalité qui n'hésite pas à lui donner les moyens de ses ambitions. Comme la possibilité de faire des stages et des voyages à travers l'Europe, expérience formatrice et exceptionnelle pour des jeunes passionnés de musique. Sans oublier l'association de parents d'élèves impliquée et active.

Retrouvez le site de l'école municipale de musique !